De l'Hypnose, de l'EMDR à laThérapie Brève Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy

La fin de ma plainte. Gilles MARCELLOT


Ou l’hypnose au service du thérapeute dans le cadre de la supervision.
Revue Hypnose & Thérapies brèves n°54



L’hypnose à des fins de supervision.

La fin de ma plainte. Gilles MARCELLOT
Cela a de quoi surprendre. C’est à peine si cette hypnose se débarrasse de son odeur de soufre qu’elle se propose de devenir un outil pour les professionnels du sanitaire et du champ médico-social à des visées de guidance. Alors que les supervisions traditionnelles se font entre analyste-super- viseur et supervisé et que l’objectif est l’échange qui permettra au supervisé de prendre une saine distance avec le malaise des patients par trop débordants, là il s’agit d’autre chose.

Après qu’ils se soient formés à l’hypnose en 2013 par le biais du CECCOF et auprès de Nicole Prieur, un groupe de stagiaires a souhaité poursuivre les rencontres avec elle et continuer la réflexion sur le processus hypnotique. Il s’agit pour chacun d’amener des cas cliniques à la discussion et de voir comment l’hypnose peut venir le soutenir dans sa pratique et son positionnement. Au fur et à mesure des années, le groupe a varié dans sa composition. Le parcours a été long et fructueux depuis la formation initiale. A cette époque, je me souviens m’être présenté comme jeune diplômé « sortant de la fac », et par conséquent ne sachant rien faire. Elle était là cette plainte pour qui le glas venait de sonner...

Il faut commencer par préciser que l’enseignement de l’hypnose tel que pratiqué par Nicole Prieur, s’il n’a rien de tapageur n’en reste pas moins tout à fait scandaleux.
Rien de tapageur puisque bien loin de se revendiquer comme une spécialisation en mal de reconnaissance, cette formation ne promettait aucun titre glorifiant de maître-praticien, ne décernait aucun brevet, aucune certification d’aucun genre. La seule chose certifiée après coup fut la nécessité du travail théorique à accomplir et l’accomplissement du nécessaire travail sur soi. En bonne élève de Roustang et philosophe elle-même, Nicole Prieur nous a nourris de pensées diverses (Winnicott, Haley, Rossi, Erickson, Epictète, Levinas), libres des protocoles et des justifications scientifiques qui n’ont au final pour but que de rassurer les praticiens sans jamais être une garantie d’efficacité pour les patients. Par ailleurs, le marché est juteux pour les experts autoproclamés. C’est bien là qu’advient le scandale. A l’heure où la rationalité qui se revendique de la science impose aux thérapeutes de tout poil de montrer patte blanche sous peine de dis- crédit auprès des différentes administrations (ARS, HAS...), l’hypnose de François Roustang prend le contre-pied. Scandale ! On prône l’efficacité ? L’évaluation des psy- chothérapies ? Pour maximiser les chances de réussites, Roustang propose de ne pas essayer. Scandale ? Ce fut pourtant ma première grande leçon : ne pas vouloir à la place du patient. Ne pas vouloir le soigner plus qu’il ne souhaite l’être. Ce jour-là, j’ai commencé à envisager la possibilité de de- venir thérapeutique*. Roustang l’écrit simplement : assurer sans rassurer.

Une seconde gifle salutaire ne tarderait pas à atteindre mon ego de psychologue jeune diplômé : il faut en finir avec la psychologie. S’entendre dire cela après avoir tant travaillé, c’est ballot. Et pourtant, en- core une fois « le maître » mettait dans le mille. En finir avec les interminables raisonnements, répétitions discursives, et au- tres récits qui, chaque fois, font revenir les affects au galop sans jamais les « purger »une bonne fois pour toute. Evidemment, en finir avec la psychologie n’est pas un prétexte à se soustraire à toute réflexion. Il s’agit de ne pas se laisser piéger au risque de rester enfermé dans un discours labyrinthique. Il est urgent de relier le discours au corps, le corps du texte, en quelque sorte.

Lire la suite



Psychologue Clinicienne et Hypnothérapeute. Thérapeute EMDR-IMO. Formation Thérapies Brèves... En savoir plus sur cet auteur


Rédigé le 17/02/2020 à 17:11 | Lu 226 fois | 0 commentaire(s) modifié le 17/02/2020

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :









1 2 3

Quid de l'Hypnose ? | Quid de l'EMDR ? | Hypnose et diversités thérapeutiques | Hypnothérapeutes | Congrès d'Hypnose | Notes de lecture