De l'Hypnose, de l'EMDR à laThérapie Brève Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy

Hypnose Clinique et Thérapeutique: l’hypnose et ses facettes




VI - L’hypnose et ses facettes

VI-1 L’hypnose comme art de la communication thérapeutique :

En elle-même l’hypnose n’est pas thérapeutique. C’est lorsqu’elle est utilisée par un professionnel formé, avec une méthode adaptée que sa dimension thérapeutique est développée.

L’hypnose thérapeutique repose sur l’instauration d’une relation qui permet cet espace-temps d’échange et produit lui-même les phénomènes hypnotiques.

Elle ne peut se pratiquer sans :
• La bonne connaissance de la clinique de l’état hypnotique. (Reconnaître, repérer, surveiller son installation lors de l’induction, surveiller son évolution, la profondeur, le retour à l’éveil après une séance, repérer les états de transe négative liés aux situations pathologiques comme les situations de stress, les situations médicales d’annonces de diagnostic, situations d’urgences…).

• Le respect des bases relationnelles entre le soignant et le patient nécessaire à l’utilisation de cet état au service du soin : positionnement, entente, empathie et confiance.

• La technique de communication produisant l’état hypnotique qui repose sur le maniement du langage verbal et non verbal : l’art des suggestions directes et indirectes, l’art de la synchronisation, l’art de l’utilisation des ressources du sujet (son langage, ses références, son univers...).

• La maîtrise d’une profession de santé qui assure les compétences pour l’élaboration du diagnostic et la pratique du soin : l’hypnose en elle-même n’est pas un métier ni une profession.


VI-2 L’hypnose comme méthode :

L’hypnose peut être formelle : la séance suit en général des étapes similaires dans tous les cas de soins :

• Induction de l’état hypnotique qui devient observable, objectivable, et attendu.

• La focalisation du sujet (la fixation oculaire d’un point, le récit d’une histoire qui captive, la relaxation…)

• La mise entre parenthèses de la conscience qui passe à un mode de pensée différent.

• L’utilisation de la surprise qui provoque une sorte de dissociation psychique qui ouvre un espace psychique nouveau.

• Les suggestions ouvertes, les analogies, le rythme vocal et les métaphores contribuent à cette recherche qui engendre des processus inconscients propices à de nouvelles associations, inconscientes, de sensations et/ou d’émotions avec une modification d’accès à la mémoire et à ses contenus.

• Le travail hypnotique une phase de travail qui est l’objet même des soins et se définit donc en fonction de la spécialité du soignant et de la pathologie du sujet, de l’objectif de soin.

• Une phase de retour à l’état de conscience ordinaire, moment clé de la suggestion post-hypnotique, celle qui permet de projeter les effets du soin au-delà de la séance (suggestion d’amélioration de guérison, de réutilisation d’ancrage de geste utile pour retrouver du bien-être, d’autohypnose ultérieure que le sujet utilisera à sa guise…).

L’hypnose informelle ou conversationnelle : Il s’agit d’une hypnose induite tout en dialoguant avec le patient. Il s’agit d’une sorte d’induction particulière qui a été largement utilisée par le Dr M. H. Erickson et qui nécessite une bonne connaissance de l’hypnose formelle et des processus hypnotiques. Cet aspect méconnu de l’hypnose contemporaine surprend les patients dans l’attente d’une induction spectaculaire et de l’apparition d’un état extraordinaire.


UN LEVIER : L’ALLIANCE DANS UNE RELATION DE CONFIANCE

A. Bioy et M. Bachelart (2010) définissent l’alliance thérapeutique comme « la collaboration mutuelle, le partenariat, entre le patient et le thérapeute dans le but d’accomplir les objectifs fixés ». Il ne s’agit ni plus ni moins de nommer, d’analyser et de comprendre la dimension relationnelle au cours d’une rencontre temporaire.

ES. Bordin (1979) la considère comme « un levier sur lequel le patient s’appuie pour adhérer au suivi, investir et prolonger sa prise en charge ». Qu’il s’agisse d’une séance unique lors d’une rencontre d’urgence ou d’un suivi au long cours, cette étape est essentielle au soin par hypnose.





Rédigé le 18/02/2020 à 01:05 | Lu 131 fois | 0 commentaire(s) modifié le 18/02/2020

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :









1 2

Quid de l'Hypnose ? | Quid de l'EMDR ? | Hypnose et diversités thérapeutiques | Hypnothérapeutes | Congrès d'Hypnose | Notes de lecture



Formation Paris